Bitoman ?
 Episodes
 BD
 Mag
 CD
 Tournée
 
 Liens
 Webmaster

 La préface de notre ami Greg

 

Greg se fait tatouer par les stars. Ici, par Mme Akemi TAKADA Je discutais l'autre jour avec Georges (Lucas, un très bon pote), à l'occasion de la projection de son prochain volet de la nouvelle trilogie de ses films. En effet, Georges aime bien me montrer ce qu'il fait, je peux lui dire en toute amitié mon opinion sur ce qu'il me montre (là, c'était de la merde) et on passe de nombreuses après-midi à se chamailler gentiment, à se raconter des histoires dans son salon... bref des occupations très bourgeoises. Et lors de cette discussion où je lui expliquais qu'il s'apprêtait à commettre un navet, je lui dis alors : « Mais bordel Georges, tu es le plus grand cinéaste de la planète et tu ne connais même pas les Bitoman ? »
Georges n'aime pas beaucoup que je dise des gros mots. Il s'énerve alors et me réplique « Non ! Je gagne des milliards de dollars mais je n'ai jamais vu tes machins ! ». Je lui dis alors : « Tu as tort. Regarde James (Cameron, un autre bon ami à moi, ma cousine est sa maîtresse, en fait), il s'est inspiré des Bitoman, et regarde où en est son film ! Il a battu le tient ! ». Georges sembla alors comme pétrifié. Il allait s'écrouler en larmes, mais c'est à ce moment que Patricia, sa bonne anglaise, nous amena le thé. Georges but le thé un peu trop vite et se brûla. Je profitais alors de ce moment d'inattention pour l'attaquer à nouveau : « Tu sais, j'ai une cassette sur moi, et si tu veux... ». Excédé, il se leva d'un bon et fit un grand geste circulaire du bras, ce qui eut pour effet de faire voler sa théière en forme de R2-D2 qui alla s'encastrer contre le mur adjacent dans un léger « shplaf ». Pas solides, ces théières... « Ok, ok, amènes-les, tes cassettes ! ». Georges s'assit devant son écran géant et le regarda comme un enfant regarderait un figurant à Eurodisney qui, pris de chaleur, aurait enlevé son masque de Pluto devant ce dernier, détruisant ainsi toutes ses valeurs d'un coup. « Regarde, Georges, ça c'est du cinéma... ».
Georges ne lâcha pas l'écran des yeux « Nom de dieu... » Patricia sortit de la salle. D'éducation anglaise, elle ne supportait pas que l'on jure en sa présence, mais vu que Georges la payait quelques millions, elle se contentait d'aller dans la cuisine. « Greg, dis-moi tout ! Avec quels logiciels ces gars-là réussissent-ils un rendu de carton aussi bon ? -Mais Georges, lui répliquais-je avec la douceur d'une biche, c'est du carton. -Comment, on en trouve encore? -Regarde plutôt ce passage... -Mais, mais, ne me dis pas qu'ils sont habillés par cette vieille pédale de Jean-Paul Gaultier ? » Georges n'aimait pas du tout les homosexuels célèbres. Certainement l'influence de Patricia. Je répliquais alors « Bien sur que non, Georges. Le très gai Jean-Paul va certes leur demander parfois conseil, mais ils créent tous leurs environnement chez eux, le soir, dans un garage. -Tu veux dire qu'ils ont recréé un garage en studio pour y travailler? -Non, Georges, un VRAI garage, à coté d'une VRAIE maison. -Alors je... je ne peux plus lutter... ».
Je laissais Georges vers 23 heures. Il s'était repris et avait aussitôt téléphoné à son staff technique pour refaire la scène finale de son prochain film. Il décida ainsi que les croiseurs interstellaires serait pendus à des fils de pêche, et que les chasseurs Tie de l'empire se déplaceraient au bout de bâtons de sucette. Je m'enfonçais dans la nuit, laissant derrière moi un homme qui avait retrouvé ses rêves de jeunesse et de simplicité. Car l'argent, les moyens techniques ou les actrices nues ne font pas tout. Il faut aussi du génie. Et vous savez maintenant où Georges puise le sien...

(Greg pour le Bito-Mag n°1)

 

 

 

Allez rendre visite aux autres super héros !!

Copyright © 2000 Chimoult pour les Bitoman.